CHAPITRE 01: Harry K. Rhalsberg

Posté le 31 octobre 2018 par LAD dans Fictions

 

Un voyage d’une infinie nuit sans sommeil s’écoule depuis près de trois ans à bord du vaisseau d’exploration Sol-31-N3 et avec lui, l’écho d’un questionnement ininterrompu se perdant dans le silence glacé de l’espace. Comment le capitaine Harry K. Rahlsberg avait-il pu se laisser embarquer dans une telle situation? Ses supérieurs le connaissaient bien: il suffisait d’appuyer sur le bouton « patriotisme » pour voir la vieille carcasse à la retraite se lancer à nouveau pied à l’étrier, même si il s’agissait d’une mission-suicide, de son point de vue. Comment pourrait-il en être autrement? Immatriculer une épave alien d’origine inconnue qui s’est écrasée sur Terre 400 ans auparavant n’en fait pas notre création pour autant. 400 ans… Il aura fallu tout ce temps pour en égratigner à peine les bases de fonctionnement, promesses d’un Eldorado de merveilles technologiques prêtes à être assimilées par notre arrogante nature, 400 ans pour retracer son plan de vol et en établir l’inaccessible origine, 400 ans pour concevoir une IA servant d’interface à ce cercueil planant. D’ailleurs, quel esprit tordu avait donné à Soléïne l’apparence et le corps synthétique d’une enfant? Ce serait pour mieux lui faire comprendre sa fonction d’apprentissage des coutumes humano-féréennes, d’après les blaireaux en blouses blanches. Quelle merveilleuse idée d’avoir filé le contrôle d’un croiseur spatial capable de raser une planète à une enfant ! Harry était capitaine, pas baby-sitter !

 

A bord de ce lieu de vie à la fois familier et terriblement étranger, les autres membres de l’équipe réagissaient tous comme Harry: apparemment calmes, tous restaient pourtant sur le qui-vive. Non pas qu’ils se méfiaient de Soléïne en tant que membre d’équipage, ou de ses réactions parfois étranges mais souvent drôles face à la complexité humaine, mais le vaisseau en lui-même avait de quoi faire frémir. Personne à ce jour n’a été capable de comprendre la structure nanomoléculaire du métal qui le compose. D’ailleurs, le terme « métal » n’était pas tout à fait approprié. Le vaisseau semblait vivant: il avait besoin de s’étirer quand il s’engourdissait, de se densifier en bandant sa musculeuse coque pour se protéger, et de se détendre en cas de stress. En bref, tout le bâtiment craquait, les couloirs pouvaient s’affaisser ou s’élargir en fonction des situations, et pour couronner le tout, l’éclairage rouge utilisé dans les longs et sombres couloirs violacés donnaient constamment l’impression vertigineuse d’être digéré par une immense créature infernale.

 

Au milieu de la salle de commandement, d’où semblait émaner une aura toute Lovecraftienne, l’individu soucieux aux traits marqués, perdu dans ses réflexions n’avait pas remarqué le changement subtil d’ambiance du lugubre endroit. Celui-ci ne baignait plus dans les habituels tons d’améthyste et de rubis, mais arborait une blancheur tirant légèrement sur le bleu ciel, si tant est que la couleur du ciel en question soit aussi conforme aux souvenirs de Harry. Un Féréen ne passait jamais inaperçu, et le docteur Mirania Lexis était l’une des plus belles représentantes de son espèce. « Bonjour Harry, même si ce mot terrien est difficilement applicable pour un voyage dans l’espace ! Vous êtes toujours perdu dans vos pensées à ce que je vois. Vous devriez vous détendre. », susurra Mirania en augmentant la luminescence de sa peau de nacre. Ses yeux pétillaient des couleurs les plus chatoyantes de l’univers, mais le vieux capitaine ne se laissa pas emporter par la vague de bien-être émanant de la Féréenne. « Je vérifiais juste le plan de vol. La moindre erreur peut nous coûter la vie. Vous pouvez disposer, docteur Lexis. Oh… Mirania? Merci. J’apprécie votre soutien. », envoya-t-il. Mirania aurait pu avoir toutes les raisons du monde de répliquer : son rôle principal au sein de l’équipage était justement de veiller au bien-être de celui-ci, et les Féréens, de par leur nature empathique et joviale, étaient tout disposés à tenir ce rôle. De plus, elle n’était pas militaire, mais civile, et ne pouvait recevoir d’ordre que de l’ambassade Féréenne sur Terre. Et même si l’apparence de Mirania était celle d’une jeune femme de 30 ans, elle approchait en fait des 240 ans. Elle connaissait bien la nature humaine et savait quand il valait mieux laisser le vieil homme aigri ressasser sans cesse ses soucis. Elle se retira sans dire mot.

 

En vérité, même si Harry se sentait un peu coupable d’avoir été un peu sec avec Mirania, il se méfiait d’elle et de son peuple. Même si les Féréens semblaient être de pacifiques explorateurs à l’apparence de fées longilignes aux ailes translucides issues de nos plus anciennes légendes, ils avaient atterri sur Terre seulement 40 ans après le crash du Soléïne et le Silence qui en avait découlé. Cela ne pouvait être une coïncidence pour Harry. De plus, pourquoi n’étaient-ils pas repartis après la Reconstruction? Les Féréens n’avaient pas pour habitude d’être sédentaires, car leur accomplissement passe par l’entraide entre peuples et l’expansion de leur savoir. Et là, non seulement ils ne repartaient plus, mais en plus ils avaient conquis les postes clés de notre société en un peu plus d’un siècle. Ils étaient peu nombreux, mais leur longévité exceptionnelle n’arrangeait pas les choses. Harry savait que les Féréens pensaient différemment des humains pour cette raison précise. Ils pouvaient établir des solutions complexes sur plusieurs siècles pour résoudre les problèmes, et c’est aujourd’hui grâce à eux que le Soléïne était en état de vol aujourd’hui. Avec un humain, ce débris aurait été placé dans un musée, pas dans un laboratoire. Sans s’en rendre compte, le capitaine Rhalsberg avait machinalement commencé à rédiger mentalement son rapport tout en s’enfonçant dans sa propre réflexion. En effet, la nouvelle nano-membrane entourant son cerveau lui permettait de pouvoir se concentrer totalement sur deux choses à la fois. Tout du moins, en théorie. En pratique, le biocomposant était expérimental et demanda des semaines de pratique à Harry, pas vraiment heureux de se voir imposer ce corps étranger logé dans sa tête. De plus, cela lui laissait encore plus de temps libre pour se soucier des problèmes à bord du vaisseau. En effet, même si les premiers mois de voyage s’étaient déroulés sans encombre, les incidents mineurs s’étaient multipliés de manière anormale ces derniers temps, et cela le perturbait. Ah, si seulement l’alcool était autorisé durant les vols, cela aurait sûrement aidé Harry à se détendre un peu! Mais ce foutu filet englobant son cerveau ne tolérait aucune altération d’état, et par conséquent, l’alcool et autres joyeusetés étaient prohibées.

 

Toute envie d’évasion fut balayée par une violente secousse sortant Harry de sa léthargie. « Soléïne, au rapport! Que se passe-t-il? », demanda mentalement le capitaine. L’image de celle-ci reliée physiquement au vaisseau par de gros câbles luminescents ne tarda pas à lui apparaître. « Heeey, Caps ! La forme? Le vaisseau me fait dire qu’il a ressenti une grosse vague de chaleur et qu’il se sent un peu désorienté ! », lança Soléïne d’une manière qui contrastait totalement avec la dangerosité de la situation. Car le danger était bel et bien présent, Harry le sentait. Il avait eu tout le loisir de s’accoutumer aux curieux rapports de Soléïne, et avait appris à les analyser. En l’occurrence, il s’agissait de l’une des rares choses que ni les Humains, ni les Féréens ne savaient anticiper avec précision: seule une tempête solaire pouvait dérégler les instruments de navigation, et une éruption avait dû foudroyer le Soléïne. Et pour couronner le tout, le vaisseau se trouvait quelque part dans la galaxie d’Orion, pris en tenaille entre les deux super soleils Hypnos et Thanatos. Une deuxième et une troisième secousse se succédèrent, toujours plus violentes. L’image de l’ingénieur  Kwan Tsing apparut dans l’esprit du capitaine Rhalsberg. « Officier Tsing au rapport, mon capitaine. Une avarie dans le système de refroidissement du vaisseau s’est déclarée. J’essaie de dériver le circuit, mais ça prendra du temps. », lança le méchanicien-ingénieur. « Et il faudrait que quelqu’un sorte rapidement pour activer manuellement la pompe du circuit secondaire depuis l’extérieur pendant que je m’occupe du circuit primaire. ». Cette fois, le capitaine ne prit pas le temps de réfléchir. Qui d’autre que lui pouvait remplir cette mission après tout? Kwan était occupé, Soléïne monitorait le vaisseau et était dans l’incapacité de bouger, et Mirania étant une civile, elle n’était pas qualifiée pour ce travail. Harry se rua à travers les couloirs étroits du tombeau vivant, qui commençaient sérieusement à suinter un liquide visqueux semblable à du sang sous l’éclairage rougeoyant, au fur et à mesure que la température montait. Il atteignit la salle des scaphandres, en enfila un, et s’élança à travers le sas d’évacuation.

 

Dehors, le vide profond, l’immense néant, l’espace infini. Et une mince couche de métal  pour le séparer du corps infime de Harry. Les sorties dans l’espace étaient si rares pour un vieux capitaine, et l’exaltation du moment laissa place au malaise. Il recentra le regard sur le problème urgent afin d’éviter le vertige de l’instant présent. Alors que les flamboyants soleils jumeaux semblaient se disputer la place du plus colérique, Harry avançait lentement mais régulièrement jusqu’à la trappe de confinement de la manette située sur le côté droit du vaisseau. Un projectile lui fit lâcher prise d’une main, ce qui le déséquilibra, mais il tenait bon de l’autre. Au fur et à mesure qu’il se rapprochait de son but, le capitaine d’âge avancé sentit une difficulté à respirer, due à la chaleur excessive. En était-ce vraiment la raison? L’oxygène semblait se raréfier trop rapidement pour Harry. « Ok, tu te fais trop vieux pour ça. Il faut que j’atteigne la trappe. J’y suis. Encore… un… effort… Saleté de vue qui se trouble! Je dois… »

 

À suivre – Chapitre 02

Répondre

D'autres nouvelles

Classiques

Poèmes classiques

Dans cette section, vous trouverez une poésie abordant une thématique ...

Fictions

Chapitre 01:

Certaines villes semblaient vivre perpétuellement à l’orée de la nuit ...

Chapitre 02:

Les personnes ayant vécu une Expérience de Mort Imminente vous ...

Chapitre 05:

Cela fut difficile à admettre, mais les superproductions américaines avaient ...

Chapitre 04:

Au fil des mois, mon enquête s’était considérablement densifiée, en ...

CHAPITRE 05:

Le soleil orangé dardait des derniers rayons de la journée ...

CHAPITRE 04:

Gart avançait à travers les larges corridors du château pour ...

CHAPITRE 07:

Les capacités hors normes de Gart ne mirent que peu ...

CHAPITRE 06:

L’écho de la voix de la jeune femme, déformée de ...

CHAPITRE 02:

La journée avait commencé fort tôt pour Kent. Issu d’un ...

Le Corbeau du Roi

- SOMMAIRE - Prologue - Chapitre 01 - - Chapitre 02 - - Chapitre ...

CHAPITRE 03

« J’espère que cette fois, vous saurez vous tenir face à ...

PROLOGUE:

Perdue au milieu de temps précaires, la petite et insouciante ...

CHAPITRE 01:

Au royaume d’Heredan, une tempête amenait toujours les voyageurs les ...

ÉPILOGUE :

Les galops de l’étalon noir résonnaient dans les rues sombres ...

Ténèbres – sommaire :

CHAPITRE 01: Harry K. Rhalsberg   CHAPITRE 02: Mirania Lexis   CHAPITRE 03: Soléïne   CHAPITRE ...

CHAPITRE 04: Kwan Tsing

Après plusieurs jours d’un long sommeil sans rêve qui parut ...

CHAPITRE 01: Harry K. Rhalsberg

  Un voyage d’une infinie nuit sans sommeil s’écoule depuis près ...

CHAPITRE 05: Megalynn

Sur Terre, une nuit calme sans étoile cédait cordialement sa ...

CHAPITRE 02: Mirania Lexis

  Mirania abandonna le capitaine aigri à ses mornes pensées dans ...

CHAPITRE 03: Soléïne

Plusieurs jours s’étaient écoulés péniblement depuis la double tempête solaire, ...

Geek

- Poèmes geeks -

Avant de m’atteler à l’écriture de ma première fiction (« Ténèbres »), ...

News

Nouvelle petite fiction!

Nouvelle petite fiction!

Une nouvelle fiction, mélangeant SF/anticipation et film noir/polar, fait son ...

Merci…

Je profite de l’intérêt que vous portez à ce blog ...

Un nouvel écrit, ça vous dit?

Je sais, une éternité s’est écoulée depuis mon précédent récit, ...

De la SF pour Halloween

Joyeux Halloween à tous! Comme promis à mes abonnés Twitter, je ...

Anticipation et rétrofuturi... |
Poemanonyme |
Poussieredecouleurs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leptitcollidevallie
| Echanges sujets de français...
| Enjoyreading